Version ordinateur

La durée du bail commercial

Home > Baux | Mis à jour le 29/04/2015 | Publié le 27/04/2011

Ecrit par : Elodie Coipel, Juriste, Avocats Picovschi

 
illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous avez consenti un bail commercial, face à l’encadrement de la législation en la matière, vous vous interrogez sur la durée d’un tel bail ? AVOCATS PICOVSCHI juriste expert en droit de l’immobilier met l’accent sur les éléments pertinents concernant la souscription d’un bail commercial.

Qu’est-ce qu’un bail commercial ?

Le bail commercial consiste en un contrat de location pour l’exploitation d'un fonds de commerce. Les baux commerciaux font l’objet d’un régime protecteur pour le locataire : un plafonnement des loyers et un droit au renouvellement est prévu.

Quelles sont les durées applicables à un bail commercial ?

La durée minimale d’un contrat de bail est de 9 ans, sauf en matière de location dite saisonnière ou de bail dérogatoire. ATTENTION ! Ce type de bail ne peut pas avoir une durée indéterminée et le locataire a la possibilité de donner congé à l'expiration d'une période de 3 ans.

S’agissant du bail renouvelé :

  • Le bail peut faire l’objet d’une prolongation tacite lorsque le locataire n’a pas donné congé et lorsqu’aucune demande de renouvellement n’a été formulée. La prolongation de la durée du bail peut l'amener à dépasser la durée de 12 ans, dans ce cas, le propriétaire, pourra déplafonner le loyer. ATTENTION Il ne faut pas la confondre avec la tacite reconduction qui vise à la signature d’un nouveau bail créateur de droits.
  • Le bail peut faire l’objet d’un renouvellement si le locataire exerce son activité depuis 3 ans. Ce renouvellement fera l’objet d’une procédure, le locataire devra dans les 6 mois précédant la fin du bail faire une demande par exploit d’huissier.

Quel est l’enjeu de la durée du bail ?

Le déplafonnement du loyer des baux conclus depuis le 1er septembre 2014, prévoit qu’il ne peut entraîner d’augmentation annuelle de plus de 10 % par rapport au dernier loyer. Cet encadrement s’applique également en cas de révision légale du loyer indexé (qui permet à une partie de faire fixer le loyer à la valeur locative lorsque la clause d’indexation entraîne une augmentation de loyer de plus de 1/4).

Comment mettre fin au bail commercial ?

Pour résilier ou suspendre un bail commercial, des procédures spécifiques et des délais très courts doivent être respectés :

Le congé doit être donné, avec un préavis de 6 mois par acte d’huissier ou par lettre recommandée avec accusé de réception

  • Soit par acte d'huissier,
  • soit par lettre recommandée avec demande d'avis de réception (la date du congé est celle de la première présentation de la lettre).

La question du non-renouvellement de bail et l’indemnité d'éviction

Lorsqu'en expire, le propriétaire ne souhaite pas le renouveler, doit verser au locataire une indemnité d’éviction, qui dépend des conséquences du refus. Généralement, l'indemnité correspond à la valeur vénale du fonds. Toutefois, si la valeur du droit au bail est supérieure à la valeur du fonds, par exemple encas de situation exceptionnelle du local, c'est la valeur du droit au bail qui prévaut.

L'acte donnant congé au locataire doit, sous peine de nullité, en préciser les motifs et indiquer que le locataire peut le contester ou demander une indemnité d'éviction, en saisissant le tribunal dans les 2 ans.

Le locataire dispose de 3 mois à partir du versement de l'indemnité pour libérer le local. Tant que l'indemnité ne lui a pas été versée, il ne peut pas être contraint de quitter les lieux.

La résiliation d’un bail commercial peut parfois s’avérer délicate. Les conseils d’un avocat expérimenté en la matière, tels que Avocats Picovsch, sont donc nécessaires.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse